.comment-link {margin-left:.6em;}

Zek II: L'exil intérieur

Friday, March 11, 2005

Brutal réveil

Les enfants de bobos qui sont allés manifester contre la réformette Fillon ont eu un avant-goût de la vie telle qu'elle se déroule de l'autre côté de la ligne de front. Terrorisés par la ratonnade anti-blancs perpétrée par les gangs de banlieue qui se sont plaisamment comportés comme les loubards du GUD et d'Occident il y a trente ans, ils ont perdu leur sang-froid, de sorte que l'on peut lire dans la presse boboe des choses inouïes. Le Monde écrit ainsi que "Beaucoup de jeunes d'origine africaine s'en sont pris à des lycéens "blancs". Il faut rester prudent mais il y a très probablement une dimension raciste à ces agressions", explique une source policière, constat partagé par les journalistes du Monde présents sur place. "
Et l'AFP renchérit:
Lors des manifestations du 15 février et de mardi à Paris, des journalistes de l'AFP ont assisté à une quinzaine d'agressions -souvent à coups de pied et de poing- commises, dans leur majorité, par de jeunes garçons d'origine AFRICAINE contre des jeunes filles et des jeunes gens BLANCS pour leur dérober leur téléphone portable.

En d'autres termes, quand ce sont les enfants des gauchistes sur lesquels on cogne, le racisme anti-blanc, soudain, ça existe. Et Le Monde se transforme en mauvaise copie de Rivarol et autres SOS-France. Etrange, n'est-ce pas?

Un peu de cohérence, messieurs, puisque vous nous avez expliqué qu'il n'y avait qu'un sentiment d'insécurité honteusement exploité par la presse de droite, et que le seul problème était le retour de la bête immonde. Il est vrai qu'un coup de barre de fer sur la tête, ça fait plus de mal qu'un prof de fac qui dit que les historiens ont le droit de discuter des chambres à gaz. Mais il n'y a que les petits blancs aigris -- et non éclairés par un quotidien du soir de référence -- pour accorder plus d'importance aux contusions qu'aux arrières-pensées.

Je comprends votre frustration: voilà vingt ans que vous distribuez l'argent du contribuable aux "cités" et au "milieu associatif" et ils vous remercient en tabassant vos mômes. Tss...pas très poli, pourquoi ne se contentent-ils pas de continuer à brûler les voitures des contribuables en question? D'autant que dans ce cas précis, il n'y avait ni racisme, ni malveillance, juste une réaction bien légitime face à l'intolérance et aux discriminations de la société française, c'est bien ce que vous écrivez quand les voitures des beaufs de banlieue crament ("une tradition du nouvel an", si j'ai bonne mémoire), n'est-ce pas?

Vous écriviez, il y a tout juste un an, qu'il n'y a que les noirs, les juifs, et les maghrébins pour être victimes de racisme en France. Qu'elle était belle votre indignation face aux 817 actes racistes recensés (sur 16 000 000 de délits). Dont 94 "'injures racistes", pas plus pas moins. Vous avez déjà mis les pieds dans un lycée autrement que pour y embrigader les élèves dans vos manifs?

On peut espérer que ces bons coups de barre de fer vont remettre quelques idées en place. Que les jeunes bobos se rendent compte qu'il y a des problèmes plus importants que la supression des "travaux personnels encadrés". Que l'on cesse de désigner la guérilla des banlieues par de doux euphémismes ("incivilités", j'ai encore lu sous la plume d'un imbécile que la racaille avait "terni" les manifestations) et de cracher sur ses victimes. Que l'on comprenne qu'il est inutile de céder au chantage et de verser des tributs au "milieu associatif" pour "éviter l'explosion sociale".

Que l'on ne s'étonne pas que les CRS se lavent les mains en rigolant alors qu'on est les premiers à les traiter de SS à la moindre bavure. Les victimes des tabassages auraient été les premiers à tout casser si les flics avaient assomé un "jeune des quartiers en difficulté". Pourquoi risquer une nouvelle affaire Malik Oussekine pour défendre ceux qui font leurs choux gras de telles incidents?

On pouvait difficilement rêver d'une meilleure leçon. Le bourgeois de gauche condescendant et sûr de lui, qui se retrouve soudain dans la peau d'un smicard, devant assurer sa survie face aux gangs tribaux, n'a plus qu'à ravaler ses contradictions. Soit il se laisse tabasser par les pauvres jeunes qu'il a arrosé d'argent au nom du social, et qui malgré ça ne rêvent que de lui faire la peau. Soit il va implorer la protection des CRS qu'il conchie depuis toujours, pour que ceux-ci fassent précisément ce pour quoi il les conchie, c'est à dire cogner sur des noirs et des arabes et en embarquer pour délit de faciès. Soit il s'organise en milice d'auto-défense comme le dernier redneck du Michigan. C'est vraiment trop drôle...

En attendant que votre situation soit sérieusement compromise, amis gauchistes, vous pouvez surfer sur ce kit de survie; le genre de site que vous voulez faire interdire...

Links to this post:

Create a Link

<< Home