.comment-link {margin-left:.6em;}

Zek II: L'exil intérieur

Thursday, March 24, 2005

De deux catégories répandues de faux libéraux (avec un modeste clin d'oeil à La Bruyère)

Le collectiviste pragmatique.
Lycandre est un grand commis de l'Etat. C'est un altruiste éclairé aux costumes impeccablement taillés. Il hante les réunions interministérielles, et s'interroge sur les "curseurs" qu'il faudrait ajuster pour améliorer le bien-être collectif. Pour lui, les Français sont un parterre de fleurs; il y a toujours quelques épines à tailler, quelque portion du paysage social où il faut remettre de l'engrais, quelque bosquet défraîchi qu'il faut copieusement arroser. Mais Lycandre n'est pas un naïf; on lui a appris à Science-Po tout ce qu'il faut savoir (et rien que cela) sur les "effets d'aubaine", les "effets pervers", les "trappes fiscales", les "substitutions" et les "distorsions". Il est le premier à tonner contre la gabegie étatique, l'irresponsabilité fiscale et la redistribution inconsidérée. Lycandre a des propositions tout à fait raisonnables, chiffrées, qui coûteraient tant de milliards et créeraient tant d'emplois pendant tant d'années, et qui visent à éliminer quelque grotesque gaspillage ou incitation éhontée à la paresse. Les propositions de Lycandre le font classer par la CGT parmi les dangereux suppôts de "la politique ultra-libérale du gouvernement Raffarin à la solde du Medef alors que les profits ne cessent d'exploser tandis que le pouvoir d'achat s'amenuise sous l'effet des délocalisations...".
Mais pour cet "ultra-libéral", l'Etat ne doit devenir plus efficace que pour mieux s'immiscer dans la vie des gens. Il ne se plaint pas que l'on redistribue trop, mais que l'on redistribue mal et que si l'on redistribuait mieux on pourrait redistribuer plus. Aucune allocation ne doit être supprimée, elle doit simplement être ajustée pour mieux prendre en compte les "incitations individuelles". Le système fiscal doit être amélioré, non pas pour réduire l'extorsion et le harcèlement, mais pour "dégager des marges de manoeuvre permettant de réaffirmer le rôle de l'Etat dans ces domaines-clés que sont l'éducation, la culture, la santé, la solidarité, l'audiovisuel, la politique de la ville, la citoyenneté, les jeunes, l'insertion des handicapés, le vivre-ensemble, la démocratie de proximité, le développement durable, etc, etc, etc".
Lycandre est comme le mécanicien d'un Panzer, qui rêve d'une machine nerveuse et parfaitement huilée, et qui n'aime pas trop penser à ce que le conducteur en fera.
L'aigri envieux
Alcide est notaire à Montauban. Il n'a pas son pareil pour s'indigner contre les "allocations"--surtout d'ailleurs lorsque ce sont les "bougnoules" et les "ratons" qui les touchent. Tous les jours il peste contre un nouveau scandale, et ce ne sont pas les anecdotes qui manquent pour alimenter sa mauvaise humeur: branleurs théâtreux subventionnés, RMistes en goguette à Madagascar, cumulards illicites d'aides en tous genre, nomades qui font casquer les Assedic de plusieurs départements, camés qui se fournissent gratuitement auprès de la DDASS, etc. Faudrait voir à donner un grand coup de balai et remettre tout ce beau monde au boulot...
Oui mais la place d'opéra d'Alcide coûte mille francs au contribuable, et Alcide trouve cela parfaitement normal. Alcide gagne cent cinquante mille francs par mois pour recopier des documents administratifs, et il ne faut surtout pas toucher à la profession de notaire. Mademoiselle Alcide prépare pharmacie, et il ne faudrait surtout pas que n'importe qui puisse ouvrir une pharmacie n'importe où, sinon où irait-on? Et Madame Alcide lorsqu'elle s'est arrêtée de travailler au Crédit Agricole, a enfilé un bon congé de maternité, unne bonne année de chômage indemnisé, un bon congé parental...alors Alcide voit d'un mauvais oeil la concurrence dans le secteur bancaire.
Alcide est libéral...pour les autres.

Links to this post:

Create a Link

<< Home