.comment-link {margin-left:.6em;}

Zek II: L'exil intérieur

Tuesday, February 14, 2006

Les posts qui précèdent montrent à quel point des mollahs de plus en plus malins et de plus en plus arrogants parviennent à imposer leur loi à des occidentauxs séniles, décérébrés et doutant de tout, y compris de ce qui est évident. Je ne reviendrai pas sur la manière dont ils utilisent nos compromissions avec la morale et l'intelligence pour nous réduire en esclavage, lentement mais sûrement.
Ou plutôt si, j'y reviens, car dans ma liste de toutes les failles par lesquelles ils s'introduisent pour nous détruire, j'en ai oublié une: le supranationalisme.
Les mollahs ont compris qu'ils pouvaient nous opprimer en s'entendant avec les instances supranationales qui ont confisqué la démocratie à leur profit. J'ai nommé le fonctionnaire collectiviste inamovible de l'UE ou de l'ONU, prêt à s'asseoir sur le droit des gens du moment que lui-même voyage en classe affaire, se fend de beaux discours tiers-mondistes et humanitaires, et sable le champagne avec les émirs, les dictateurs et les apparatchiks.
J'avoue que je ne pensais pas qu'il me soit donné, de mon vivant, de lire un texte aussi répugnant:

LE CAIRE (AFP) - L'Egypte a appelé mardi l'Union européenne à soutenir une résolution à l'Onu pour protéger les symboles religieux, lors d'une visite au Caire du haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Javier Solana.Cet appel a coïncidé avec la déposition à l'Onu d'un projet de texte visant à interdire l'intolérance contre les religions, par 57 pays musulmans.

agrandir la photo
Cette initiative et la tournée de M. Solana dans des pays arabes et musulmans s'inscrivent dans le cadre des mesures diplomatiques prises depuis la polémique née de la publication en Europe de caricatures du prophète Mahomet.Mais la colère continue de gronder au sein des populations musulmanes. Mardi encore, deux personnes ont été tuées par balles et plusieurs autres blessées à Lahore (est du Pakistan) lors d'une manifestation.
"Nous avons discuté d'un projet de résolution à l'Assemblée générale de l'Onu contre la diffamation des religions", a déclaré le ministre
égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit, après sa rencontre avec M. Solana.
Il a indiqué avoir demandé le soutien de l'UE à une telle résolution.
De son côté, le cheikh d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, Mohammed Sayyed Tantaoui, a formulé la même demande lors d'une réunion avec M. Solana.
"Nous avons insisté sur la promulgation d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu contraignante pour tous les pays, interdisant les atteintes aux prophètes, en particulier Mahomet", a-t-il dit aux journalistes, estimant que cette résolution devait contenir des "sanctions dissuasives".
Le responsable européen a répondu en disant qu'un mécanisme pour la mise en oeuvre des principes de la déclaration commune faite la semaine dernière par l'UE, l'Onu et l'Organisation de la conférence islamique (OCI) était à l'étude.
"Nous estimons que la liberté de la presse implique responsabilité et jugement et doit respecter les croyances et les principes de toutes les religions", avait indiqué le 7 février à
New York cette déclaration commune.
Refusant de dire si une éventuelle résolution serait proposée à l'Assemblée générale ou au Conseil de sécurité, M. Solana a estimé que des mesures de protection des symboles religieux pouvaient "être concrétisées par le biais du nouveau Conseil des droits de l'Homme au sein de l'Onu".
Les pays musulmans dépositaires d'un projet de texte à l'Onu souhaitent son inclusion dans le projet de résolution créant un Conseil des droits de l'Homme, remplaçant l'actuelle Commission des droits de l'Homme.
Le texte proposé "interdit les cas d'intolérance, de discrimination, d'incitation à la haine et à la violence découlant de tout acte à l'encontre de religions, de prophètes et de croyances qui menace les droits de l'Homme et les libertés fondamentales".
"Nous travaillons ensemble depuis de nombreuses années et nous avons construit une relation très profonde", a déclaré M. Solana à la presse, à l'issue d'un entretien avec le président
égyptien Hosni Moubarak.
"Nous souhaitons maintenir cette relation et même l'approfondir. Nous ne devons pas permettre aux développements récents de nous séparer", a-t-il ajouté.
Il a indiqué avoir discuté avec M. Moubarak des moyens de s'assurer que "le traitement des symboles religieux soit protégé".
M. Solana, qui est arrivé au Caire en provenance d'Arabie saoudite, doit rencontrer encore le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa. Il doit se rendre ensuite à Amman et à
Ramallah (Cisjordanie), où il rencontrera le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

L'ONU, c'est à dire un ramassis de dictateurs, une entité qui a nommé rien moins que la Lybie à la tête de la commission des droits de l'homme, prétend nous imposer une loi interdisant de critiquer les religions, indépendamment de leur contenu. Rien que ça. Le tout avec la bénédiction d'un apparatchik socialiste international mandaté par personne mais investi du pouvoir de vendre nos libertés aux émirs Saoudiens et aux Frères Musulmans. Alors, comme ça, on va s'attaquer à "l'intolérance envers les religions", mais surtout pas à l'intolérance religieuse, bien sûr. Comme si il suffisait de psalmodier "Dieu" sur tous les tons pour pouvoir diffuser n'importe quelle idéologie débile et rétrograde en faisant taire les contradicteurs. Non messieurs. Le respect ça se mérite.
Ce n'est pas demain la veille qu'il y aura une résolution de l'ONU contre les mariages forcés, le port du voile obligatoire, la police religieuse, l'interdiction de construire des églises, la lapidation, la pendaison pour homosexualité, l'incarcération pour avoir fondé un parit politique. Non, ce qui importe à l'ONU et à M. Solana, ces zumanitaires gorgés de morgue altruiste, compassionnelle, collectiviste et tiers-mondiste, à l'heure où Mein Kampf fait un tabac au moyen-orient et où un régime totalitaire -- ou plutôt deux régimes totalitaires -- se prépare(nt) explicitement à un nouveau génocide des juifs, c'est que l'on ne manque pas de respect au prophète Mahomet. On ne sait jamais: c'est une pente glissante. Si on commence à caricaturer Mahomet dans un journal danois, un jour c'en sera fini de la lapidation, de la dhimma, des attentats suicide, des décapitations en direct, de l'excision, des partis politiques qui invoquent le Coran pour tuer les juifs, des appels au meurtre contre les apostats, des assassinats de cinéastes ou de touristes, des délires négationnistes dans les collèges, bref ce sera véritablement la fin de la culture islamique (ou du moins ce qu'on en voit, car elle ne se fait remarquer que par cela), qui ne mérite, paraît-il que le respect, sans doute parce que le prophète Solana et ses potes barbus socialistes espagnols l'ordonne, et à laquelle on doit épargner l'intolérance des caricaturistes Danois.
Ras-le-bol de cette méga-tartufferie gerbante à l'échelle planétaire. Les insultés et les victimes, ce ne sont pas les musulmans qui ne comprennent pas un mot de danois et ne lisent pas la presse danoise et n'ont pas le droit de dicter à celle-ci ce qu'elle doit imprimer, ce sont nous, les occidentaux, qu'on tue, dont on brûle les ambassades, à qui on prétend imposer des lois intolérantes et moyennageuses, qu'on insulte et dont on bafoue les valeurs tous les jours en Syrie, en Egypte, en Iran, au Pakistan, tout en étant bien trop content de venir faire sa vie en Occident, là où on ne se fait pas tabasser par la police religieuse, là où il y a des livres, des halls de concert, et des cinémas, là où il y a la séparation des pouvoirs et la présomption d'innocence, là où on peut aller et venir et lire des illustrés sans être emmerdés par des connards. Alors messieurs les tartuffes, fermez vos gueules. Et messieurs les collabos des tartuffes, oubliez le danemark et le "manque de respect" et battez-vous (mais vous n'en avez pas le courage) pour ce qui n'existe même pas là où on est lapidée pour avoir commis le crime d'être violée et là où des fillettes sont carbonisées parce que la police religieuse les a empêchées de sortir d'une école en feu: le droit à la vie.
ENOUGH! ENOUGH! ENOUGH!

Links to this post:

Create a Link

<< Home